L’ONG AHA estime qu’il faut améliorer les conditions de vie des réfugiés camerounais

12 Mai 2022, 10:25

                                 COMMUNIQUE DE PRESSE [Réf : ONGAHA/BN/PGD/08/2022]

Toujours mobilisée sur la question des réfugiés aussi bien de la RCA, du Soudan que du Cameroun, l’ONG AHA note que la situation de milliers de réfugiés camerounais aux alentours de Ndjamena demeure inquiétante.

En effet, des milliers d'habitants de la ville frontalière de Kousseri se sont réfugiés à N'Djamena capitale tchadienne, suite à des violences intercommunautaires meurtrières entre deux communautés. Une situation qu’avait déploré en son temps l'ONG Action humanitaire africaine (Aha).

 

Entre-temps, à travers des alertes et un appui d’urgence de kits Wash, l’ONG AHA s’était mobilisée devant les risques réels qui pesaient désormais sur la sécurité humaine des personnes et de leurs biens.

 

Plusieurs mois après leur arrivée, la situation d’urgence s’est transformée en une situation qui requiert une prise en charge sur une période plus longue.

 

Si des infrastructures d’urgence ont vu le jour, la situation reste précaire engendrant des conditions de vie extrêmement difficiles.

 

Alors même que nombre de réfugiés camerounais craignent de nouveaux conflits et pensent que le moment du retour n’est pas encore arrivé, il est urgent que les autorités à travers le CNAR appuiyé par les partenaires de développement reviennent au chevet de ces personnes vulnérables et en situation de grande détresse.

 

Nous invitons également les organisations humanitaires à déployer plus de dispositifs nécessaires pour répondre aux attentes des personnes déplacées.

 

 

Le Bureau de l’ONG AHA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :